À table !

Pour nourrir votre esprit

Accueil - Exclus Web - À table ! - Pour une justice transformatrice inventive

Pour une justice transformatrice inventive

Justine Bolssens · Déléguée « Étude & Stratégie »

Mise en ligne le 12 février 2024

Au regard des pratiques punitives en cours au nom du féminisme abolitionniste, il semble que nous sommes passé.e.s de procès sans peine à des peines sans procès – renversement caractéristique de la société néolibérale. »

L’ouvrage d’Elsa Deck Marsault présente une contribution perspicace et critique aux discussions actuelles sur la lutte contre les violences sexistes. En tant que militante engagée et membre fondatrice du collectif Fracas, un collectif queer et féministe d’aide à la gestion de conflits interpersonnels, de violences et d’agressions, l’autrice remet en question le recours à des pratiques punitives souvent adoptées au sein des mouvements sociaux, en particulier dans la lutte contre les violences sexistes.

Elsa Deck Marsault commence par remettre en question l’idée courante selon laquelle la police constitue la solution appropriée en cas de violence, soulignant les limites de cette approche et plaidant pour une réflexion approfondie sur les méthodes de lutte contre les violences sexistes. Elle met en garde contre les risques de remplacer la justice traditionnelle par des pratiques expéditives, souvent teintées de philosophie punitive, telles que la menace, l’exclusion, le harcèlement, la dénonciation publique et la discréditation politique.

Cette réflexion n’est pas que théorique puisqu’une des forces majeures de l’ouvrage réside dans son ancrage concret dans la réalité, tirant des exemples de l’expérience militante de l’autrice au sein du collectif Fracas. Son exploration du concept d’abolitionnisme pénal offre une analyse approfondie, jetant ainsi les bases d’une justice transformatrice et inventive qui vise à prendre soin des victimes tout en transformant les individus et les groupes.

Elsa répond également aux attaques des forces réactionnaires contre le « wokisme », soulignant l’importance de protéger les victimes des violences plutôt que de défendre ceux qui les perpétuent. Elle appelle à repenser les approches, à embrasser le conflit sans crainte et à lutter activement pour une justice transformante et émancipatrice. Elle propose un décentrement par rapport à la pensée traditionnelle sur la prison, explorant de nouveaux terrains d’application de la justice. Elle soulève des questions cruciales sur la dépolitisation du conflit au sein des mouvements progressistes, mettant en lumière le besoin de reconnaître et de travailler la conflictualité plutôt que de succomber au moralisme réprobateur.

En conclusion,  Faire justice offre une réflexion stimulante sur les méthodes de lutte contre les violences sexistes, écrite avec engagement et intelligence. L’autrice appelle à une autoreflexivité nécessaire au sein des mouvements progressistes, soulignant l’importance de trouver des alternatives à la justice punitive tout en reconnaissant les limites et les contradictions internes des approches actuelles. L’ouvrage incite à repenser les fondements de la justice et à œuvrer vers une société plus équitable et émancipatrice.

Elsa Deck Marsault, Faire justice. Moralisme progressiste et pratique punitive dans la lutte contre les violences sexistes, Paris, La Fabrique, 2023, 168 pages.

Partager cette page sur :