À table !

Pour nourrir votre esprit

Accueil - Exclus Web - À table ! - Laïcité et trahisons

Laïcité et trahisons

François Finck · Délégué « Europe & International »

Mise en ligne le 4 décembre 2023

Comme son titre l’indique, ce livre portant sur la laïcité en France vise à dénoncer un certain nombre d’instrumentalisations de ce terme, voire son dévoiement. Le mot « laïcité » est en effet employé par les ennemis d’une société ouverte, au contraire de ce que recouvre cette notion.

Son auteur, Jean-Louis Auduc, agrégé d’histoire et formateur d’enseignants, commence par rappeler l’importance de la laïcité, « clé pour une société apaisée », et qu’elle garantit en premier lieu la liberté de conscience. Il rappelle une évidence qui découle du principe : le crime de blasphème a été aboli, donc il existe une liberté de critiquer les religions.

Le spécialiste dénonce à juste titre le fait que la laïcité est souvent instrumentalisée par des politiques, dans un sens xénophobe, parfois clérical, ce qui est un contresens complet. Il relève aussi qu’elle est dénigrée par des religieux comme « autoritaire », alors que son objet est précisément l’émancipation de tous les dogmes.

La laïcité, c’est la mise en avant du collectif, de l’intérêt général, « de ce qui unit et non de ce qui peut diviser ». Jean-Louis Auduc met l’accent sur un point important et souvent ignoré : la laïcité ne s’oppose pas à la question sociale, bien au contraire ! Plusieurs chapitres portent sur des controverses françaises, sur des questions d’applications concrètes du principe. La jurisprudence et énumérée et souvent citée, ce qui conduit à des longueurs.

L’auteur rappelle les avantages d’une République laïque : égalité devant la loi, égalité de traitement des croyances, etc. Puis apparaissent des développements historiques sur le colonialisme français, « agent historique du communautarisme religieux » ; en effet, en Algérie la laïcité ne s’appliquait pas, les « indigènes » étant toujours soumis au droit personnel (musulman). Il développe la question des rapports nation-religion chez les dirigeants anti-coloniaux. Le sujet est passionnant, mais traité ici de manière confuse et superficielle. De façon générale, il arrive assez souvent que le propos soit assez décousu, notamment du fait de l’insertion de très longues citations et d’un manque de structure. Cela reste utile pour les lecteurs intéressés par les débats français sur la laïcité.

Jean-Louis Auduc, Laïcité, que de trahisons on commet en ton nom !, Paris, Rue de Seine, coll. « Coup de gueule », 2023, 135 pages.

Partager cette page sur :